Atelier BIM virtuel, le bilan des bureaux d'études


Intérêts et challenges du BIM

La courbe de Patrick MacLeamy (architecte américain et président de BuildingSmart International) montre que le BIM permet davantage de modifications en amont du projet, quand elles sont faciles à implémenter… ce qui évite de coûteuses rectifications en fin de projet. Cet intérêt a une contrepartie : le gros des temps d'études se déplace des phases EXE aux phases de conception.

MODE COLLABORATIF - La rigueur, clé d'une bonne maquette numérique
Construire une maquette 3D à plusieurs acteurs est-il facile ? Premier constat positif : l'interopérabilité des logiciels fonctionne. « Les différents intervenants n'utilisaient pas les mêmes logiciels : Revit, Archicad, Plan CAD… Mais l'échange des informations a fonctionné sans accroc majeur », constate Mathieu Engles, chef de projet chez Sunsquare. À condition pour le maître d'ouvrage de fixer strictement les nomenclatures dès le début de l'opération : « Par exemple, le maître d'ouvrage et le bureau de certification avaient donné au départ des consignes différentes sur le nom à donner aux pièces et autres éléments comme les fenêtres. Résultat, impossible de les recenser, et donc d'utiliser correctement la maquette », raconte Mathieu Engles.

Pour en savoir plus https://www.cahiers-techniques-batiment.fr/article/atelier-bim-virtuel-le-bilan-des-bureaux-d-etudes.33887#xtor=EPR-1&email=construction@cinov.fr

Une équipe forte
de 20 personnes

Des responsabilités verticales et un interlocuteur unique pour chaque projet - Un auto-contrôle interne conforme ISO9001 - Des ressources internes transversales (environnement, simulation dynamique, urbanisme) - Un contact direct et réactif avec les chargés d’affaires - Des prises de décision et des actions rapides.